Si les années 60 ont vu naître l’invention de la couche jetable qui a révolutionné la vie pratique de millions de mamans (à l’époque, les papas ne mettaient guère la main à la patte…), le début du 21ème siècle est marqué par des préoccupations allant au delà de des aspects pratiques. En effet, la prise de conscience collective de la nécessité de préserver notre environnement a commencé à nous faire réfléchir sur l’impact écologique des couches jetables… L’alternative de la couche lavable a donc refait surface pouvant par la même occasion remettre en cause la condition de la femme… Il est donc intéressant de pouvoir comparer les atouts et les inconvénients des deux systèmes qui jouent aujourd’hui sur le même terrain, avec des arguments de poids.

Choisir des couches jetables : c’est pratique mais…

couche jetableLes partisans du moindre effort et ceux dont les agendas débordent ne laissant guère de place à quelques concessions pour la planète se tournerons sans aucune hésitation vers l’achat de couches jetables (préférez au moins des couches bio plus écologiques…). D’un geste (avec un peu d’entrainement), bébé est changé, propre et au sec. Difficile de faire mieux, d’où l’énorme succès de cette nouvelle manière de langer bébé dès son arrivée sur le marché !

Mais derrière cette facilité déconcertante se cache un bilan écologique assez catastrophique ! En comptant un âge moyen de 2 ans et demi pour que bébé prenne sont autonomie, vous allez consommer environ 6000 couches soit 1 tonne de déchet (40% de vos déchets ménagers durant cette période…). Dans un site d’enfouissement, les couches jetables vont mettre entre 250 et 500 ans pour que leur décomposition soit achevée, non sans laisser de traces…

Quelques chiffres pour 2 ans et demi d’utilisation de couches jetables:

  • la fabrication de couches jetables utilise 3,5 fois plus d’énergie, 8 fois plus de matières premières non renouvelables et 90 fois plus de matières renouvelables que les couches lavables
  • 120 m3 d’eau sont nécessaires à la fabrication, notamment en raison de la cellulose,
  • la durée de vie moyenne d’une couche jetable est de 4 heures contre 3 ans minimum pour une couche lavable.
  • Des études ont permis également de trouver des traces de nombreux produits toxiques comme le benzol, des furanes (PCDF : polychlorodibenzo-furanes, molécules très toxique pour l’homme et la planète), du chlore, de la dioxine en cas d’incinération, du tributyle étain ou TBT (utilisé comme pesticide). Ces produits chimiques peuvent plus ou moins être en contact avec la peau de bébé, ressurgissent au moment du traitement des déchets, sans compter les rejets de produits chimique durant la phase de fabrication…
  • 4,5 arbres sont nécessaires pour fabriquer la pulpe utilisée dans les couches jetables
  • 67 kg de pétrole brut sont utilisés pour leur obtention

Plus difficile à vérifier, certains n’hésitent pas à mettre la santé de bébé en cause… Érythèmes fessiers dûs à l’utilisation de produits allergisants, et même des risques de stérilité masculine (la température des testicules des petits garçons serait bien supérieure dans une couche jetable que dans une couche lavable où la culotte de protection est plus respirante.)

Un dernier point et pas des moindres à prendre en compte sera le budget des couches jetables.

Combien coûtent les couches jetables ?

Le budget moyen estimé de la naissance à la propreté sera au moins cher d’un montant de 850 euros (prix discount), jusqu’à 2000 pour des couches de marques (faut bien que quelqu’un paye les kilomètres de papier toilette utilisés par les publicités 😉 .

Bref, compter en moyenne 1500 euros par enfant…

Bilan si vous choisissez des couches jetables :

  • Les plus : Pratique, anatomique, peu volumineuse avec un haut pouvoir d’absorption
  • Les moins : Présence de nombreux produits chimiques, polluants durant les cycles de fabrication et de traitement des déchets, un budget conséquent à prévoir pour chaque enfant !

Si vous optez pour cette solution, choisissez des couches jetables écologiques ou bio.

Biodégradable à 50 %, 70 % voire 100 % selon les marques, elles se décomposent dans un laps de 50 à 150 jours. Par contre, il n’existe pas encore vraiment de solution pour leur compostage et finissent donc comme les autres à l’incinérateur ou à la décharge. Question budget, comptez environ 20% de plus que des couches traditionnelles. Le choix le moins pire à faire dans le monde du jetable.

Les couches lavables, le meilleur choix écologique !

La couche lavable fait son grand retour ! On est loin des langes d’antan que l’on fermait avec une épingle nourrisse. Plus pratiques, elles répondent à de nombreux besoins de notre époque : la santé de bébé, l’impact sur l’environnement sans oublier les économie sonnantes et trébuchantes qu’elles permettent de réaliser.

Les couches lavables les plus courantes sont les couches dites « classiques » à installer avec une culotte de protection imperméable et respirante. Des « Tout-un-un » (TE1) ou « Tout-en-deux » (TE2) sont encore plus simples à mettre car elles sont intégrales et ne nécessitent qu’une seule manipulation.

Les avantages de la couche lavable :

  • plus saines et plus confortables : les tissus en contact avec la peau sont le plus souvent en coton biologique.
  • plus écologiques : les couches sont biodégradables.
  • plus économiques : 400 à 600€ à l’achat et en consommables (eau, lessive, électricité, voile de cellulose) contre 1200€ de couches jetables jusqu’au deux ans de l’enfant. Au deuxième enfant, le coût diminue de moitié !
  • plus esthétiques : la demande de couche lavable étant en forte progression, les techniques et les styles progressent.

Les inconvénients des couches lavables :

  • La contrainte du lavage reste le frein n°1 pour passer aux couches lavables.
    Vous allez changer bébé environ 5 500 fois jusqu’à ses 2 ans et demi ! Il va donc falloir organiser de nouveaux cycles de machine à laver… Et comme le fait remarquer Elisabeth Badenter : « Les spécialistes de l’enfance prônent une «fusion» de la mère et de l’enfant pendant les premières années de sa vie. Une certaine frange d’écologistes refuse le biberon, les petits pots et les couches jetables. Or, c’est toujours à la femme qu’incombe de préparer les repas et de laver les couches. Dans un couple avec deux enfants, la mère assume 90% des tâches.(source : interview Metro)
    Toutefois, il existe des services de location-ramassage-nettoyage de couches lavables, ce qui peut grandement faciliter la vie des mamans ! En France, des structures proposent cette prestation qui est de plus la meilleure solution d’un point de vue de l’écobilan. Encore faut-il habiter une ville couverte par un tel service… (liste des éco-laveur ci-après)
  • Plus volumineuses qu’une couche jetable, prévoir des vêtements un peu plus grands